Grâce aux réunions hebdomadaires

Hier soir, une brise
Est venue me caresser le visage.
J’étais bien assise à Phobies-Zéro
Parmi des gens qui me ressemblent
Par leurs émotions, leurs peurs et leur courage.

Une dame nous confiait
Que l’an passé, à pareille date
Elle ne pouvait de sortir de sa maison.
Moi, cette année en mars
J’étais en larmes et je demeurais entre mes quatre murs.

Cette femme peut maintenant jouir du dehors
Et peut conduire son auto sur de petites routes.
Moi, en août, quelquefois je réussis à prendre une marche

À certains moments de découragement,
J’ai les yeux noyés et rougis par l’anxiété.
Je ne vois que mes pas
Et j’aperçois surtout ce qui m’est interdit
Par l’agoraphobie.

Mais hier soir, cette femme m’a donné l’espoir,
Un baume sur mon coeur meurtri,
Que demain sera toujours meilleur
Et que j’irai encore un peu plus loin
Que la journée passée.

Merci à ce groupe d’entraide
Où je sais que je ne suis pas seule
Et à cette dame qui, sans le savoir,
Me fait grandir
Et me donne le goût d’affronter mes démons,
Un à la fois.