Trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

COMMENT DÉFINIR le TOC ?
Les manifestations principales du TOC sont la présence de pensées, images, impulsions répétitives, non voulues (les obsessions) et le sentiment de l’action atténuante et bénéfique sur ces pensées, images ou impulsions d’actes également répétitifs.

OBSESSIONS :
Pensées, impulsions ou représentation récurrentes et persistantes qui, à certains moments de l’affection, sont ressenties comme intrusives et inappropriées et qui entraînent une anxiété ou une détresse importante.

COMPULSIONS :
Comportements répétitifs (p.ex. lavage des mains, ordonner, vérifier) ou actes mentaux (p.ex. prier, compter, répéter des mots silencieusement) que la personne se sent poussée à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible.

ÂGE :
L’âge d’apparition du trouble se situe classiquement au début de l’âge adulte (20 ans) ou à l’adolescence, plus rarement dans la petite enfance. L’âge moyen d’apparition du trouble se situe à 22 ans. Le trouble est autant présent chez les femmes que chez les hommes adultes.

Note : Janet (1903) est parmi les premiers à avoir décrit clairement le trouble obsessionnel- compulsif.

Dans les enquêtes américaines (Hollander, 1997) le trouble obsessionnel-compulsif se situerait au 4e rang de fréquence des troubles psychiatriques après les phobies, les troubles de l’humeur et les troubles liés à une substance.

CATÉGORIES du TOC

OBSESSIONS les plus fréquentes:

  • CONTAMINATION
  • DOUTE
  • MALADIE
  • SYMÉTRIE
  • IMPULSIONS AGRESSIVES
  • IMPULSIONS SEXUELLES

COMPULSIONS les plus fréquentes :

  • VÉRIFICATION
  • LAVAGE
  • COMPTER
  • CONFESSION
  • SYMÉTRIE
  • COLLECTIONS

Réf : D’après la clinique (Rasmussen et Eisen 1998)

Les SUJETS dits ;

RUMINATEURS :
Ces personnes ont soit des pensées, soit des images, avec peu ou pas de rituels moteurs : pensées obscènes, blasphématoires ou insensées, images de violence sexuelle ou de nature répu-gnante. D’autres peuvent se perdre dans le pourquoi et le comment de questions insolubles. Parmi ces personnes peuvent être incluses celles qui souffrent de phobie d’impulsion (se jeter sous une voiture...).

LAVEURS :
Ces personnes ont en général peur de la contamination (sang, salive..) peur des microbes ou de la saleté (poussière, poudre à lessive ...) ou peur d’être souillée par le contact d’autrui. Ces peurs entraînent des évitements, des situations anxiogènes et des lavages de mains, des douches, des changements de vêtements et le nettoyage des objets contaminés (poignées de porte, chaussures, sacs, courses...).

VÉRIFICATEURS :
Ces personnes ont peur de faire une erreur, peur de créer un préjudice à quelqu’un, peur d’être responsable d’une action qui dans le futur risque de menacer les autres ou eux-mêmes. Ces peurs obligent la personne à vérifier les comptes, l’eau, le gaz et l’électricité. Parfois la peur d’avoir écrasé quelqu’un en voiture oblige la personne à vérifier le trajet effectué d’abord en voiture puis en bus. Cependant, même à pied, la personne peut redouter de faire tomber un cycliste ou de déplacer une bouche d’égout. Ils ont plus de compulsions de vérification (vérifier dans le rétroviseur, se retourner, revenir sur ses pas...).

RECHERCHENT L’ORDRE, LA SYMÉTRIE, LA PERFECTION
Ce sont des personnes qui recherchent la symétrie, l’ordre des choses dans tout: dans les placards, les verres, les bouteilles, les conserves, le linge. Les objets sont parfaitement au carré de même que les poubelles, les piles de livres et de disques, les fils du téléphone etc... Elles se sentent obligées de ranger les objets de manière identique et parfaite, à égale distance des bords, sinon elles recommencent jusqu’à ce qu’elles y arrivent ou qu’elles soient sûres du résultat parfait. Certaines ne peuvent ranger un objet ou quitter leur appartement qu’à la condition que tout soit parfait, sans aucune tache visible. Le rangement ou même l’utilisation du moindre objet devient un problème du fait du temps mis à le reposer.

COLLECTIONNEURS / ACCUMULATEURS
Ces personnes ne sont pas de vrais collectionneurs mais des collectionneurs pathologiques. Elles collectionnent n’importe quoi. La différence avec le collectionneur est la trivialité, voire le caractère répugnant des objets collectionnés. Ces accumulations d’objets ne représentent pas toujours un sujet de plaisir même pour le patient (sacs poubelle, publicité, journaux, papiers écrits, vêtements). Ces personnes ne peuvent se décider à jeter les objets par peur d’oublier une information utile ou de jeter quelque chose qui pourrait encore servir. Peu à peu, l’espace de vie se restreint jusqu’au moment où plus aucune seule pièce ne reste fonctionnelle. Ce rituel est difficile à supporter pour la famille, il crée d’énormes difficultés relationnelle.

Note : Il faut cependant se souvenir qu’une même personne peut présenter au fil des années des variations dans les symptômes obsessionnels compulsifs.