Henri Lavigueur, psychologue

 

LA NÉVROSE OU L’ILLUSION D’AMOUR

 

Dr. Henri Lavigueur, Psychologue

 

 

 

 

 

Je travaille depuis plusieurs années comme psychothérapeute avec un grand nombre de clients anxieux et phobiques. J'observe chez eux un pourcentage important de personnes ayant des traits de personnalité névrotiques. La névrose, un terme psychologique un peu vieillot, mais fort utile, fait référence aux gens qui simultanément nient leurs propres émotions et besoins en se dévouant aux autres. Cette tendance est souvent apprise dans l'enfance. Voir sa famille comme indifférente ou peu aimante à son égard sera insupportable pour certains enfants. Ainsi la renonciation de son propre plaisir dans la servitude envers d'autres membres de la famille, souvent parents ou fratries narcissiques et égoïstes, donne à l'enfant l'illusion d'une famille aimante. Son abnégation et effacement crée un semblant d'harmonie dans la famille. Son comportement sage et très conciliant peut pallier aux tensions interpersonnelles. Des fois, il joue le rôle de psychothérapeute envers un ou quelques membres de sa famille, atténuant ainsi leurs frustrations. Dans d'autres cas, son comportement attachant, aimable et/ou humoristique sert à éloigner les tensions familiales.

 

L'inceste psychologique parental est souvent en cause. Un parent peut confier ses problèmes à son très jeune enfant. Les rôles parents-enfants sont alors inversés ; ce faisant, l'enfant devient le parent de sa mère ou de son père. Le jeune enfant est conscientisé des problèmes et des dangers de la vie. Son innocence est perdue. La spontanéité et joie naïve de l'enfance sont noyées.

 

Pour mieux comprendre la névrose, laissez-moi vous familiariser avec les traits névrotiques qu'on trouve fort souvent chez les gens anxieux :

 

· Le désir de faire plaisir, souvent au détriment de ses propres avantages ;

· La difficulté de s'affirmer ;

· L'humilité exagérée, le sentiment d'être imposteur ;

· La naïveté, le romantisme, l'idéalisme ;

· Une meilleure capacité à défendre les droits des autres, plutôt que ses propres droits ;

· Le refoulement de colère, une peur exagérée de blesser les autres ;

· La culpabilité ;

· La difficulté de vivre le plaisir ou de se donner le droit au bonheur ;

· Un malaise dans l'absence de performance (« workaholic ») ;

· La difficulté de recevoir ;

· L'effet éponge: de faire siens les problèmes des autres.

 

En bref, la personne névrotique est conciliante, gentille, aimable, facile à vivre, dévouée aux autres. Malheureusement, ce comportement est en opposition à la loi de la jungle. Cet individu devient alors sujet à être exploité et ainsi ignoré par autrui. Souvent, il s'efface à un tel point qu'il se sent invisible, perdu dans la foule. Une conséquence fréquente est son retrait de la société (l'agoraphobie). Ses émotions refoulées peuvent être transférées dans les malaises physiques et même les crises de panique. Parfois l'individu associe ses symptômes psychosomatiques à des situations (ponts, ascenseurs, files d'attente, métro), ainsi donnant naissance à des comportements phobiques.

 

Le but d'une psychothérapie est de reconnecter l'individu avec sa propre identité et ses émotions refoulées ou même dissociées. L'affirmation personnelle est le meilleur antidote à l'angoisse.